Ma ruine...

ou : La rénovation d'une maison en forêt d'othe

Gros oeuvre, maçonnerie

Le mur du fond du terrain

C'est parti pour la réfection du mur du fond du terrain. Une partie est encore constituée des tôles d'une ancienne grange qui a été écroulée. L'objectif est de poursuivre le mur existant en planche de béton. Le matériel est déchargé dans la cour. Le principe est simple, on met le premier poteau que l'on celle dans le sol, puis on met le second avec le bon espacement que l'on laisse incliné. Ensuite on monte les planches de béton en les enfilant dans la rainure du premier poteau. Une fois en haut on ramène le second poteau sur le  planches et on le celle... et ainsi de suite...


Maçonnage d’un petit mur en brique avec son rejingot

Et voilà, c'est parti! Je vais apprendre, regarder comment on fait, pour monter un mur en brique. Dans l'absolu, rien de sorcier mais j'aime ce coté "je vois faire un pro". Comme pour le montage du rejingot, je vais essayer de vous décrire le mieux possible les étapes. Pour commencer il faut : 1 sac de Multibat (mélange tout prêt de chaux et de ciment), 1 sac de ciment, 3 sacs de sable à maçonner 0/4 et quelques gravillons de la cour. Première étape : Tomber le mur et bien dégager les fondations. Dans le coin, en tout cas à cet endroit, les maisons sont soutenues par leur ossatures bois et les fondations consistent en des silex tassés et enterrés sur une "certaine" profondeur. Seconde étape : Coffrage du bas pour refaire une assise. Au fond, nous mettons un bout de bâche plastique qui garantira que cette assise restera bien au sec. Ensuite nous testons la ferraille que nous allons couler dans le béton (ciment + graviers + eau). Troisième étape : Couler et mettre en place les premiers rangs. Nous coulons donc l'ensemble de notre béton en prenant dedans la ferraille. Ensuite nous préparons une brouette de MultiBat (Multibat + Sable + Eau) afin de maçonner. Les premières briques sont prises directement dans le béton, le Multibat servira ensuite pour monter tout le reste du mur. Une fois le premier rang calé, on met une couche de Multibat et on met son second rang. Quatrième étape : On commence par poser une brique à chaque bout sur du Multibat, ensuite on fait les niveaux. Nous avons au préalable repéré sur la poutre le nombre de rangs et leur hauteur par rapport au mur d'à coté. Les niveaux se font sur la longueur mais aussi sur la profondeur. Une fois les niveaux fait, à l'aide d'une règle on vérifie l'alignement des brique sur l'avant du mur. On ajuste si besoin. On peut ensuite "remplir" entre les deux briques à niveau. une fois le rang posé, on revérifie les niveaux et l'alignement "facial" des briques. Ce qui nous donne après quelques rang ceci. Tous les 5/6 rangs je fixe dans la poutre deux vis de chaque coté qui seront prises dans le joint. Elle viennent affleurer le dessus des briques avant et arrière du mur. Cinquième étape : Le rejingot. On le fait directement, dans la foulée ce coup-ci. On coffre à l'arrière du mur et on positionne vers l'avant les briques qui vont faire la tablette. On remplit ensuite derrière avec du Multibat et on met le liteau sur les briques une fois posée. On coule alors le rejingot, en enlevant quelques millimètres d'un côté afin que ce dernier soit plan. Astuce de maçon : Afin de ne pas immobiliser le coffrage du rejingot, tout du moins le liteau, on saupoudre du ciment sur le Multibat. On le laisse "mouiller" et ensuite on lisse avec une queue de chat. Une fois lissé, après quelques minutes, on peut enlever le liteau, tout est maintenu par le ciment qui a durci au dessus! Voici donc le résultat du mur une fois fini. Il va maintenant sécher et d'ici 2 ou 3 jours, puis il accueillera la fenêtre.


Préparation du chantier du mur d’entrée

Nous avons rencontré un Maçon qui a l'air super. Il a accepté de venir faire un petit bout de mur pour me "montrer comment on fait". La première étape consiste à préparer le chantier. Enfin nous attaquons du dur!!! La maison en elle-même. Projet : refaire le mur d'entrée, poser la fenêtre qui est prévue en ayant relevé le niveau pour qu'il corresponde au reste des ouvertures de la maison. Point de départ, il faut donc décoffrer les poutres, enlever la fenêtre et supprimer le coffrage au dessus de cette dernière. A terme la nouvelle fenêtre sera donc à peu près 30 cm plus haut. Quelques gros plans : Cales qui maintiennent le chambranle de la porte simplement coffré avec une planche de 5 millimètres d'épaisseur, Coffrage de la fenêtre aussi en 5 millimètres, Rejingot de la fenêtre réalisé à l'époque avec un mélange à base de chaux et de terre. Respect car tout ça a tenu des dizaines d'années ! Voilà le résultat une fois décoffré et la fenêtre enlevée. un cache pour la nuit... et demain le maçon!


Agrandir la cuisine

Avec la météo de ces vacances nous avons dû nous concentrer sur l'intérieur, aussi nous en avons profité pour refaire la cuisine. Nous avons abattu une cloison, et remis un plan de travail à la bonne hauteur. Et comme promis les photos de la cuisine après les modifications.  


Décoffrage du rejingot et pose

Après 48 heures je décoffre. Tout va bien cela a fonctionné, je pose ma fenêtre me restera plus qu'a isoler avec la mousse polyuréthane.


Appui de fenêtre – rejingot

En rénovation sur ce genre de maison il faut (enfin c'est mieux) avant de poser une fenêtre faire un rejingot. Un rejingot est une petite surélévation destiné en cas de grosse pluie à empêcher l'eau de remonter sous la fenêtre. En effet, les appuis de fenêtre étant réalisés en briques et l'inclinaison très faible, il est possible en cas de forte pluie que cette dernière s'accumule sur l'appui. Il faut donc réaliser un coffrage et couler du mortier/béton. Bien sûr en cherchant des informations, comme d'habitude nous avons plusieurs "écoles" : mortier, béton, fers, pas fers, liquide, pas liquide, etc... J'ai donc à un moment choisi une solution qui me semblait convenir et me suis lancé. Tout ce ci n'est peut être pas très "carré" mais toujours est-il que cela a fonctionné. J'ai donc commencé par faire un coffrage.     En premier lieu j'ai dégagé la zone afin de pouvoir plaquer correctement ma planche sur les briques. Je fais ensuite tenir cette dernière avec deux serre-joints de maçon. Ensuite je coupe le plus précisément possible un tasseau dont la hauteur sera la hauteur de mon rejingot. je place ce dernier bien aligné sur mon appui de manière à "prendre" minimum 1 cm de briques. Je le maintiens avec un autre serre joint. J'aligne ensuite à l'aide du niveau la planche qui va venir devant. Avant la mise en place de la planche j'ai mis en place toutes les deux briques une vis qui dépasse afin de donner une prise au mortier.   Je prépare mon mortier (j'ai testé sur d'autres appuis avec du béton et même béton et finition mortier) et je remplis mon coffrage, ce n'est pas grave si votre coffrage a quelques "jours" le mortier est assez compact pour ne pas couler à travers.   Ensuite je laisse sécher. Décoffrage dans 48 heures !


Grande Cheminée

Nous attaquons la rénovation de la petite maison, avec  pour objectif de l'isoler d’ici la fin de l'été. En premier lieu nous avons opté pour le décapage de la cheminée : Il va falloir remonter le mur au milieu car les précédents propriétaires ont remplacé des briques par un panneau de plâtre...


Mise en place de la bordure

Pour éviter que les graviers ne se retrouvent dans l'herbe nous installons une bordure. Le principe est très simple après avoir creuser sur une vingtaine de centimètres, on met du béton et ensuite on pose la bordure.


Le marché de Noël

Pas grand chose de neuf si ce n'est que l'on se prépare pour le printemps avec des achats de matériaux. De quoi installer l'évacuation des eaux de pluies, ainsi que finir le mur intérieur de la grande maison.


Rentrée…

Bon c'est la poisse, le maçon semble être définitivement OUT, il va falloir que l'on avise, et surtout que cela se termine "bien" histoire de pas trop l'avoir dans l'os!!!! En effet, le principe veut que lorsque le chantier démarre en fonction du devis validé, on verse une partie du devis et bien souvent 50% du montant. Dans notre cas, il va falloir que je repointe tout afin de m'assurer que nous en evons eu pour notre argent. Ce qui est rageant, c'est qu'il n'y a rien à faire. Le maçon n'a plus rien, donc pas moyen de récupérer les sous correspondant au travail non réalisé. Et de plus, si nous avions fait un contrat avec indemnités de retard, ben le résultat serait le même!!! Donc bon nous allons essayer de négocier afin qu'il termine quelques petites choses... à hauteur de ce que l'on estime qu'il nous doit... On vous tient au courant...


Ma ruine... ou : La rénovation d'une maison en forêt d'othe
Saunier ©2013