Ma ruine...

ou : La rénovation d'une maison en forêt d'othe

rejingot

Maçonnage d’un petit mur en brique avec son rejingot

Et voilà, c'est parti! Je vais apprendre, regarder comment on fait, pour monter un mur en brique. Dans l'absolu, rien de sorcier mais j'aime ce coté "je vois faire un pro". Comme pour le montage du rejingot, je vais essayer de vous décrire le mieux possible les étapes. Pour commencer il faut : 1 sac de Multibat (mélange tout prêt de chaux et de ciment), 1 sac de ciment, 3 sacs de sable à maçonner 0/4 et quelques gravillons de la cour. Première étape : Tomber le mur et bien dégager les fondations. Dans le coin, en tout cas à cet endroit, les maisons sont soutenues par leur ossatures bois et les fondations consistent en des silex tassés et enterrés sur une "certaine" profondeur. Seconde étape : Coffrage du bas pour refaire une assise. Au fond, nous mettons un bout de bâche plastique qui garantira que cette assise restera bien au sec. Ensuite nous testons la ferraille que nous allons couler dans le béton (ciment + graviers + eau). Troisième étape : Couler et mettre en place les premiers rangs. Nous coulons donc l'ensemble de notre béton en prenant dedans la ferraille. Ensuite nous préparons une brouette de MultiBat (Multibat + Sable + Eau) afin de maçonner. Les premières briques sont prises directement dans le béton, le Multibat servira ensuite pour monter tout le reste du mur. Une fois le premier rang calé, on met une couche de Multibat et on met son second rang. Quatrième étape : On commence par poser une brique à chaque bout sur du Multibat, ensuite on fait les niveaux. Nous avons au préalable repéré sur la poutre le nombre de rangs et leur hauteur par rapport au mur d'à coté. Les niveaux se font sur la longueur mais aussi sur la profondeur. Une fois les niveaux fait, à l'aide d'une règle on vérifie l'alignement des brique sur l'avant du mur. On ajuste si besoin. On peut ensuite "remplir" entre les deux briques à niveau. une fois le rang posé, on revérifie les niveaux et l'alignement "facial" des briques. Ce qui nous donne après quelques rang ceci. Tous les 5/6 rangs je fixe dans la poutre deux vis de chaque coté qui seront prises dans le joint. Elle viennent affleurer le dessus des briques avant et arrière du mur. Cinquième étape : Le rejingot. On le fait directement, dans la foulée ce coup-ci. On coffre à l'arrière du mur et on positionne vers l'avant les briques qui vont faire la tablette. On remplit ensuite derrière avec du Multibat et on met le liteau sur les briques une fois posée. On coule alors le rejingot, en enlevant quelques millimètres d'un côté afin que ce dernier soit plan. Astuce de maçon : Afin de ne pas immobiliser le coffrage du rejingot, tout du moins le liteau, on saupoudre du ciment sur le Multibat. On le laisse "mouiller" et ensuite on lisse avec une queue de chat. Une fois lissé, après quelques minutes, on peut enlever le liteau, tout est maintenu par le ciment qui a durci au dessus! Voici donc le résultat du mur une fois fini. Il va maintenant sécher et d'ici 2 ou 3 jours, puis il accueillera la fenêtre.


Appui de fenêtre et rejingot en bois (part. 2)

Voici la suite et fin de l'appui de fenêtre en bois qui vient se poser sur une poutre. Je commence par raboter mon tasseau qui va faire office de rejingot, je recrée une inclinaison identique à celle de mon appui afin d'avoir au final un socle plan. Un petit coup de peinture poreuse blanche qui laissera respirer le bois et le protégera. Pose de la tablette de manière définitive avec en dessous une bonne dose de mastic silicone afin que l'air ne puisse passer. Puis pose du tasseau qui va faire office de rejingot. Un filet de mastic fait le joint entre les deux pièces de bois.


Appui de fenêtre et rejingot en bois (part. 1)

Après la version en ciment voici une solution bois, en effet je dois poser une fenêtre en appui direct sur une poutre sur laquelle il est impossible de couler quelque chose qui tienne. Je me suis basé pour réaliser ce dernier sur un article du blog Chez nous : maison ossature bois que je remercie pour avoir posté cette réalisation. J'ai donc acheté du hêtre car c'est un bois très dur, j'ai ensuite taillé le tout pour le mettre bien d'équerre. A la défonceuse, j'ai fait la goutte d'eau puis sur la largeur de la planche créé des rainures de différentes profondeurs pour créer une pente. J'ai ensuite imbriqué tout ça et calé pour fixer. La fixation est temporaire car je n'ai pas encore mis le silicone en dessous. La suite après ce week-end...


Décoffrage du rejingot et pose

Après 48 heures je décoffre. Tout va bien cela a fonctionné, je pose ma fenêtre me restera plus qu'a isoler avec la mousse polyuréthane.


Appui de fenêtre – rejingot

En rénovation sur ce genre de maison il faut (enfin c'est mieux) avant de poser une fenêtre faire un rejingot. Un rejingot est une petite surélévation destiné en cas de grosse pluie à empêcher l'eau de remonter sous la fenêtre. En effet, les appuis de fenêtre étant réalisés en briques et l'inclinaison très faible, il est possible en cas de forte pluie que cette dernière s'accumule sur l'appui. Il faut donc réaliser un coffrage et couler du mortier/béton. Bien sûr en cherchant des informations, comme d'habitude nous avons plusieurs "écoles" : mortier, béton, fers, pas fers, liquide, pas liquide, etc... J'ai donc à un moment choisi une solution qui me semblait convenir et me suis lancé. Tout ce ci n'est peut être pas très "carré" mais toujours est-il que cela a fonctionné. J'ai donc commencé par faire un coffrage.     En premier lieu j'ai dégagé la zone afin de pouvoir plaquer correctement ma planche sur les briques. Je fais ensuite tenir cette dernière avec deux serre-joints de maçon. Ensuite je coupe le plus précisément possible un tasseau dont la hauteur sera la hauteur de mon rejingot. je place ce dernier bien aligné sur mon appui de manière à "prendre" minimum 1 cm de briques. Je le maintiens avec un autre serre joint. J'aligne ensuite à l'aide du niveau la planche qui va venir devant. Avant la mise en place de la planche j'ai mis en place toutes les deux briques une vis qui dépasse afin de donner une prise au mortier.   Je prépare mon mortier (j'ai testé sur d'autres appuis avec du béton et même béton et finition mortier) et je remplis mon coffrage, ce n'est pas grave si votre coffrage a quelques "jours" le mortier est assez compact pour ne pas couler à travers.   Ensuite je laisse sécher. Décoffrage dans 48 heures !


Ma ruine... ou : La rénovation d'une maison en forêt d'othe
Saunier ©2013